Posts Tagged ‘marcel waldinger’

0902culotteenlair2Le syndrome des jambes lourdes serait à l’origine de cette pathologie,  « l’excitation génitale persistante » , très pénible pour les femmes parait-il?

Les résultats des travaux du neuropsychiatre Marcel Waldinger (université d’Utrecht – Pays-Bas) réalisés avec 18 femmes en Hollande, publiés mercredi 17 décembre dans l’édition du Journal of Sexual Medicine portant sur le syndrome d’excitation génitale persistante (Psas en anglais) révèlent que cette pathologie serait associée au syndrome des « jambes sans  repos ».  Waldinger en a profité pour  renommer plus élégamment cette pathologie:  le « Syndrome Génital sans Repos » à la place du PSAS. Les premières publications sur ce sujet ne datent que de 2001 quand  la science pensait que ce syndrome était un problème purement psychologique.

Les femmes affectées par ce syndrome, rare et mystérieux, ont la sensation persistante d’avoir les organes génitaux en état d’excitation, comme si elles étaient en permanence sur le point d’avoir un orgasme. Ces symptomes apparaitraient plus souvent lors de voyages en train ou en voiture, à cause des vibrations. La plupart de ces 18 patientes souffraient également du syndrome des jambes sans repos, d’une hyperactivité de la vessie et de varices dans la région pelvienne.

Le syndrome des jambes sans repos se caractérise par des impatiences ou des douleurs dans les jambes, le soir ou la nuit, et des mouvements involontaires au cours du sommeil. Les femmes ménoposées seraient plus concernées que les plus jeunes.
En « tombant » sur cet article, j’ai malheureusement esquissé un sourire peu respecteux pour celles qui sont atteintes de cette maladie en me disant pour elles: quel pied! Le sourire a vite disparu quand j’ai découvert qu’il y avait un pendant (mal approprié;-) masculin : le priapisme qui peut conduire à la dépression comme le PSAS. Vous savez l’histoire des pendus en érection. Des médicaments existent, un intervention chirugicale est possible sur les corps caverneux et spongieux du pénis. Alors, espérons que les solutions vont suivre vite pour ces femmes. Peut-être pas les stimulations électriques pour un meilleur retour veineux?

Publicités