Posts Tagged ‘jambes sans repos’

Le jeune Dr Vincent Bourquin est chef de clinique au Service de Néphrologie des Hôpitaux Universitaires de Genève. Voilà un bel exemple de médecin qui communique en montrant un respect pour les patients qui se posent toujours des questions sans avoir fait d’étude de médecine. Il a ouvert son blog Nephrohug à l’automne dernier.

Vincent Bourquin nous explique que le syndrome des jambes sans repos survient chez 10-30% de ses patients en dialyse. Il repose sur 4 critères diagnostiques principaux:

  1. un besoin urgent de bouger les jambes, en général accompagné par des sensations désagréables & inconfortables dans les jambes;
  2. le besoin de bouger ou ces sensations interviennent durant les périodes de repos ou allongé;
  3. ces symptômes sont partiellement ou totalement diminués par des activités physiques, voire mentales.
  4. les symptômes sont pires le soir ou la nuit.

Le Dr déclare: « Il n’y a pas grand chose à dire sur la physiopathologie qui n’est pas connue. Chez nos patients en dialyse l’urémie participe sans doute à ce syndrome, ainsi que la neuropathie, l’anémie, le déficit en fer, les comorbidités et l’immobilisation durant la séance. »

Afin de connaitre le contenu de la prise en charge, cliquez ici ou partagez votre expérience avec nous si vous souffrez des reins…

Publicités

Une étude américaine a consolidé des données provenant de 23 000 médecins âgés de 56 à 91 ans (dentistes, optométristes, ostéopathes, pédiatres, pharmaciens et vétérinaires américains). En 2002, on a évalué la présence et la sévérité d’un possible syndrome des jambes sans repos (SJSR), défini comme des sensations désagréables dans les jambes associées à une agitation ; des symptômes n’apparaissant qu’au repos, s’améliorant avec le mouvement, empirant le soir et la nuit par rapport au matin et survenant au moins 5 fois par mois. Également nommé « impatience des jambes », ce trouble survient le plus souvent après 50 ans et a des conséquences importantes sur la qualité de vie des patients avec des insomnies notamment.

Au total, environ 4 % des participants étaient concernés par ce problème et 41 % souffraient de dysfonction érectile. La fréquence de ces deux problèmes augmente avec l’âge. Les résultats montrent que les troubles érectiles sont 16 % plus fréquents chez les hommes présentant des symptômes des jambes sans repos qui surviennent 5 à 14 fois par mois et 78 % plus fréquent chez ceux dont les symptômes surviennent 15 fois ou plus par mois.

Ces résultats suggèrent que les mécanismes des deux maladies partagent le même mécanisme : probablement un manque de dopamine dans le cerveau selon les auteurs. Mais les auteurs notent également que cette association pourrait être liée en partie aux troubles du sommeil induit par le SJSR. L’apnée du sommeil et la privation de sommeil entraînent en effet une baisse de la testostérone dans le sang (l’hormone sexuelle masculine). De plus amples études seront donc nécessaires pour expliquer le mécanisme sous-jacent.

Voici des témoignages assez complémentaires que j’ai recueuillis sur internet:

Nicolas:  En ce qui me concerne c’est héréditaire et ce serait lié à un défaut de dopamine. J’ai donc un traitement à vie avec un medoc du nom d’Adartrel, qui fonctionne plutôt bien.  L’adartrel compense le manque de dopamine. Mais depuis 1 mois je suis passé au REQUIP + RIVOTRIL traitement lourd et journalier, mais a priori je ne gigote plus et je dors!

Tina: Voilà un traitement qui m’a bien calmé. Le principe actif de ce médicament est le dichlorhydrate de pramipexole monohydraté.

Frédéric:  De mon côté je travaille avec plusieurs praticiens sur une solution de confort liée à un « Traitement non médicamenteux par thermothérapie raffaichissante »

D’autres expériences à partager?

Damien explique, ou rappelle, que le corps est constitué de chaines musculaires interdépendantes (et ce  syndrome était fondamentalement musculaire pour lui, preuve en est qu’un massage pétrissage des muscles concernés soulageait, même s’il ne pouvait résoudre la cause).
Dans son cas, ce que de trop nombreux médecins n’ont pas pu découvrir pendant quatre  années  d’examens, IRM, chirurgies…était une très légère modification de la posture de son corps debout. En effet, une tension de certains muscles et une vertèbre un chouia bloquée avait amené son corps a se mettre en appui presque uniquement sur les talons (notons que des mauvaises chaussures peuvent aussi facilement donner ce résultat). Les muscles des mollets étaient donc sur sollicités et très méchamment campés.  Verdict confirmé par un examen chez un podologue après ce diagnostic d’un ostéopathe!
Le traitement consistait en une quinzaine de séances de kiné TRES SPECIFIQUE. La méthode « Méziaire » du nom de sa créatrice. Les séances étaient souvent douloureuses. Il fallait tenir des positions désagréables pendant un certain temps pour étirer les chaines musculaires crispées ou raidies. Bien sur le kinésithérapeute était extrêmement attentif aux réactions de son patient. Damien est guéri depuis 4 ans et souhaitait partager cette délivrance avec vous tous!

0910jambes_sansreposEric nous livre une synthèse récente sur les jambes sans repos ou la fibromyalgie.  Ce n’est pas douloureux mais très contraignant et insupportable quand ça lui arrive.  Bien sur ils existent plusieurs médicaments pour soulager. Eric prend du SOFRIL et il avoue que depuis qu’il en avale, il ne souffre quasiment plus du problème des jambes sans repos! C’est pas top ça? Pour lire son témoignage, suivez le lien pour lire mon étude précédente, cliquez là!

Bonne nuit à tous et j’espère avoir pu aider les personnes qui marchent dans  le lit…

0909ropiniroleLe syndrome des jambes sans repos est une douleur qui revient souvent dans les forums en ce moment. On l’appelle aussi le Syndrome d’Eckbom » qui est caractérisé par un besoin de bouger ses membres, qui survient particulièrement la nuit, ou quand la personne est assise ou allongée. Personnellement, je connais cette perturbation  surtout quand je croise les jambes. Des crampes peuvent survenir ainsi que des mouvements périodiques des jambes rythmés et involontaires pendant le sommeil, ce qui empêche de dormir. Il disparaît dès que je marche.

Un timbre de rotigotine, destiné au traitement de la maladie de Parkinson et au syndrome des jambes sans repos, apparait sur le marché. Ce serait le seul timbre du marché destiné au traitement de la maladie de Parkinson.

Les jambes sans repos peuvent être dues à un trouble du système nerveux central ou à une dysfonction des nerfs périphériques et peuvent être associées à une mauvaise circulation du sang dans les jambes, des troubles musculaires, une insuffisance rénale. On retrouve le syndrome des jambes lourdes davantage chez les sujets anémiques, en cas de grossesse ou chez les ascendants.

D’ailleurs une étude 2009 démontre que l’oestrogène provoquerait le syndrome des jambes sans repos lors de la grossesse. Le Dr Thomas Pollmächer nous apprend, dans la revue Sleep, qu’il a réussi à démontrer le lien entre le syndrome d’Ekbom lors de la grossesse et les changements hormonaux.

Il existe un agoniste des récepteurs dopaminergiques, le « Ropinirole » mais il est  déconseillé sur une longue durée car il peut provoquer des effets indésirables. La posologie proposée (maximum 4mg/j) est très inférieure à celle proposée dans la maladie de Parkinson (maximum 24mg/j). Les effets indésirables sont essentiellement de nature dopaminergique, donc prévisibles, il s’agit de nausées (38%), vomissements (13%), sensations vertigineuses (12%).  Je vous conseille de voir un neurologue si vous avez ces symptômes et que la prise de fer ne change rien. Pour en savoir plus, cliquez ici.

Le symptôme de la maladie des jambes sans repos se caractérise par le besoin de bouger les jambes, souvent lorsqu’on est alité, afin de calmer une perception de brûlures ou de fourmillements. Ma grand-mère appelait ce phénomène des « impatiences ».

C’est une maladie qui apparaît chez les quadras et qui touche plus de femmes que d’hommes. Progressivement, les jambes ou le tronc peuvent être concernés.

Bien que mal expliqué encore aujourd’hui, ce syndrome est présent à côté d’autres maladies comme celle de Parkinson. Il ne semble faire aucun doute que les problèmes d’insuffisances veineuses peuvent provoquer ces impatiences. Mais les effets secondaires de certains médicaments contre la nausée, les allergies et le manque de sommeil seraient aussi en cause.

Les médecins prescrivent du fer mais la thyroïde pourrait jouer un rôle aussi. Les prescriptions prévoient des molécules qui soignent la maladie de Parkinson comme la dopamine, le Sifrol, par exemple. D’autres médicaments comme l’oxycodone ou la méthadone ont été prescrits avec succès selon l’article de Danny. Sinon la marche régulière ou la stimulation électrique des mollets permettent de chasser la stase veineuse. Vous avez les pieds qui bougent quand vous êtes assis?

Après Merck sur facebook, le laboratoire connu sous l’acronyme GSK exploite les réseaux sociaux comme youtube  pour sensibiliser les patients atteints du syndrome des jambes sans repos.  La vidéo présentée est plutôt comique et ne met pas encore en avant un produit en particulier.

Dans la mesure où les patients s’expriment sur les réseaux sociaux comme les blogs, je ne vois pas pourquoi les industriels seraient privés de droit de réponse ou mieux du droit de s’exprimer sans modération de commentaires puisque leur communication est mondialisée avec Internet? Je pense dernièrement au lancement de Alli qui a provoqué des débats en raison de la responsabilité donnée aux pharmaciens de distribuer cette pilule « anti-obésité » sans ordonnance. Si vous souhaitez en savoir plus sur ces laboratoires branchés, lisez  l’article du Washington Post.

0906vinaigreLe vinaigre brûle les graisses, mais pas que… Il suffit pour cela d’en assaisonner une salade ou de le diluer dans un verre d’eau ( de préférence le vinaigre de cidre de pomme) et d’y ajouter du miel. Grâce à sa teneur en acide acétique il entre en interaction avec les protéines, les graisses et les hydrates de carbone et aboutit à la formation d’une molécule scientifiquement appelée l’Acetoacetate.
S’il est donc recommandé par certains nutritionnistes, ce n’est pas uniquement pour ses qualités gustatives, mais également pour sa précieuse valeur nutritive. Le vinaigre est en effet un allié de votre cœur. Il prévient les maladies cardiovasculaires et aide à stabiliser la tension artérielle et à équilibrer le pH du sang.

Il contient des vitamines  B et D, d’oligo-éléments (calcium, soufre, fer, silicium, bore, phosphore, magnésium, potassium, fluor…), de pectine, d’acides essentiels, d’enzymes, d’acides aminés essentiels. Il possède aussi du bêta-carotène riche en vitamine A anti-oxydante. En agissant comme un anti douleur, il soulage les crampes musculaires ainsi que les inflammations buccales et les maux de gorge. Inhalé, (2 à 3 c. à s. de vinaigre de cidre dans un bol d’eau bouillante), il combat les migraines.
Le vinaigre semble favoriser le nettoyage de l’organisme et l’élimination des toxines grâce à son acidité, il détruit les mauvaises bactéries, évite les varices, régénère la flore intestinale, lutte contre la constipation, combat les flatulences et aide à résorber les intoxications alimentaires.

Il a la capacité de nettoyer le canal urinaire.  Mais il faut l’absorber avec modération pour éviter les brûlures d’estomac et ne pas épuiser son foie. Maintenant, le vinaigre ne doit pas quand meme rafermir les tissus veineux et éviter les thromboses. Pour découvrir  les 26 vertus du vinaigre notamment sur les jambes, je vous invite à commenter ici  le livre de Pierre Vican.

0906matelas_climsonLe sur-matelas Climsom est une nouveauté qui permettrait de prolonger l’effet bénéfique des douches froides sur les jambes. Je connaissais les matelas chauffant pour les nuits d’hiver. De nos jours, il faut souffler le chaud et le froid sur nos problèmes. Avec une circulation d’eau dans cette fine housse placée entre le drap et le matelas ou l’alèse, la température est gérée par une télécommande qui pourrait garantir au moins 18°.

Cela ne remplace pas l’activité physique durant la journée évidemment, mais l’ennemi de l’insuffisance veineuse étant aussi la chaleur, je peux imaginer que l’effet est plus durable que toutes les crèmes proposées sur le marché! Le froid apporte des effets vasoconstricteurs sur les veines. Mais quels seront les effets secondaire éventuels après une nuit entière sur un tissu à 18°? C’est vrai que lorsque je ne m’endors pas rapidement, je mets une jambe au dessus de la couette pour chercher de la fraîcheur.  Mais je dois la laisser dehors une trentaine de minutes maximum car la chaleur de mon corps diminue durant le sommeil, sauf l’été.

Ce produit Climsom (le nom est bien choisi) est tout de même vendu 365€, soit sept fois plus cher qu’une housse chauffante! C’est là que le bât blesse, à mon avis. Les systèmes à air conditionné n’ont pas un tel écart de prix pour ceux qui chauffent et qui refroidissent. Je remarque que la garantie ne dure qu’une année ce qui n’est pas très rassurant pour une marque qui vient de naitre et qui n’a pas beaucoup de références! Mais on peut l’essayer un mois et le retourner pour se faire rembourser.

Si cela peut révolutionner la vie nocturne des patients insomniaques, je trouve qu’il faut essayer. J’espère que beaucoup d’insuffisants veineux fortunés vont l’essayer dans les mois qui viennent pour nous dire ce qu’ils en pensent.

Il est recommandé de placer le thermocontroleur sous le lit pour que le « petit » ronronnement soit encore plus discret. Mieux encore, il suffirait de programmer son fonctionnement après plusieurs heures de sommeil afin de retrouver la fraicheur sans se réveiller.

Il faudra attendre deux ou trois années avec beaucoup de témoignages pour s’assurer de l’exactitude des promesses du fabriquant et de son inventeur : le Dr Tamburini, phlébologue. Tamburini a été plutôt discret jusqu’à cet investissement commercial. Je n’ai trouvé aucune publication signée par ce phlébologue. Je n’ai pas trouvé non plus de remarques négatives. Pour en savoir plus ou l’acheter, cliquez sur : http://www.climsom.com

0902culotteenlair2Le syndrome des jambes lourdes serait à l’origine de cette pathologie,  « l’excitation génitale persistante » , très pénible pour les femmes parait-il?

Les résultats des travaux du neuropsychiatre Marcel Waldinger (université d’Utrecht – Pays-Bas) réalisés avec 18 femmes en Hollande, publiés mercredi 17 décembre dans l’édition du Journal of Sexual Medicine portant sur le syndrome d’excitation génitale persistante (Psas en anglais) révèlent que cette pathologie serait associée au syndrome des « jambes sans  repos ».  Waldinger en a profité pour  renommer plus élégamment cette pathologie:  le « Syndrome Génital sans Repos » à la place du PSAS. Les premières publications sur ce sujet ne datent que de 2001 quand  la science pensait que ce syndrome était un problème purement psychologique.

Les femmes affectées par ce syndrome, rare et mystérieux, ont la sensation persistante d’avoir les organes génitaux en état d’excitation, comme si elles étaient en permanence sur le point d’avoir un orgasme. Ces symptomes apparaitraient plus souvent lors de voyages en train ou en voiture, à cause des vibrations. La plupart de ces 18 patientes souffraient également du syndrome des jambes sans repos, d’une hyperactivité de la vessie et de varices dans la région pelvienne.

Le syndrome des jambes sans repos se caractérise par des impatiences ou des douleurs dans les jambes, le soir ou la nuit, et des mouvements involontaires au cours du sommeil. Les femmes ménoposées seraient plus concernées que les plus jeunes.
En « tombant » sur cet article, j’ai malheureusement esquissé un sourire peu respecteux pour celles qui sont atteintes de cette maladie en me disant pour elles: quel pied! Le sourire a vite disparu quand j’ai découvert qu’il y avait un pendant (mal approprié;-) masculin : le priapisme qui peut conduire à la dépression comme le PSAS. Vous savez l’histoire des pendus en érection. Des médicaments existent, un intervention chirugicale est possible sur les corps caverneux et spongieux du pénis. Alors, espérons que les solutions vont suivre vite pour ces femmes. Peut-être pas les stimulations électriques pour un meilleur retour veineux?