Posts Tagged ‘anticoagulant’

En effet, je viens de découvrir que parmi les 650 espèces de sangsues existantes, la sangsue médicinale (Hirudo medicinalis) est une véritable alliée pour la santé humaine. La salive des sangsues contient de l’hirudine et de la caline, ces deux éléments fluidifient le sang et évite l’agrégation des plaquettes. On retrouve également de la destabilase, cette dernière dissout la fibrine qui compose les caillots de sang. Cette matière se montre excellente pour lutter contre la thrombose mais aussi pour débarrasser le corps d’un caillot déjà formé. L’hirudothérapie est le nom donné au traitement par les sangsues. Elle est utilisée dans plusieurs pays pour lutter contre les varices, les tendinites, les arthroses, les furoncles et même les attaques cérébrales.

Des chercheurs allemands ont mis à jour l’efficacité des sangsues pour soulager certaines douleurs chroniques dues à l’arthrose. Des tests auraient été effectués sur dix personnes pour observer la disparition de la douleur chronique au bout de trois jours. Après l’arrêt du traitement, l’effet pourrait durer encore presque un mois. Mais c’est grâce aux composants analgésiques et anesthésiques de la salive de l’animal que les douleurs disparaissent. La cause du mal n’est pas soignée.  Cette salive est utilisée dans la médecine française depuis longtemps pour traiter les hémorroïdes, la phlébite, l’hypertension et la goutte. Les propriétés anticoagulantes, anti-inflammatoires, vasodilatatrices et anesthésiques de sa salive sont utilisées dans différents domaines de la médecine, notamment le traitement des jambes lourdes.

Quatre pays dans le monde (Russie, France, Allemagne et Pays de Galles) font l’élevage de quelques espèces à des fins médicinales ; c’est l’hirudiniculture. Je vais arrêter de traiter de sangsue ceux qui me collent toute la journée!

Publicités

C’est dans le site Sanofi-Aventis de Ploërmel qu’est fabriquée, depuis 1981, la matière première (héparine) du principe actif du Lovenox (l’énoxaparine sodique), un anticoagulant injectable. L’usine vient d’investir 2 millions d’euros dans un nouvel atelier pour pouvoir produire deux principes actifs : calciparine et héparine choay. Ils sont destinés à des médicaments injectables soignant la phlébite (maladie liée à la formation d’un caillot de sang dans le réseau veineux et qui peut entraîner une embolie pulmonaire). Cet investissement suit la tendance du marché qui montre une consommation croissante de ces principes actifs.

0811seringueUne étude clinique dans 28 établissements américains sur près de 700 patients va débuter à la fin de cette année pour valider une nouvelle approche de radiothérapie combinée avec des anticoagulants.

Medical news rapporte ce communiqué sans mettre en perspective les autres solutions électriques. Le grand espoir attendu derrière cette thérapie serait une solution durable pour les personnes ayant été atteintes d’une thrombose (libellée sous le terme PTS) ou de la formation d’un caillot dans une veine profonde.

Avec une intervention lors d’ une session très courte, le caillot serait éliminé et éviterait tous les dommages irréversibles sur la veine. Les anticoagulants seuls ne peuvent détruire un caillot. Ce groupe de travail s’intéresse aussi à la prévention de cette maladie.

Les essais cliniques sur ces patients vont analyser, durant deux ans, l’existence et la gravité des PTS, la qualité de vie du patient, les douleurs, les jambes lourdes, la sécurité et les coûts.

En attendant, vous connaissez d’autres approches innovantes pour prévenir les thromboses?